Dans www.wikicaminomozarabe.com nous utilisons nos propres cookies et des cookies tiers pour améliorer l'expérience de navigation et proposer un contenu et des publications intéressantes. En appuyant sur le bouton Accepter, vous donnez votre consentement à notre politique de cookies.

Tartesso : Voyage aux limites du monde antique

38.86961537109, -5.6695795440673

(25 octobre 2019) 25 Campanario Medellin
Auteur.trice.s: Sebastián Celestino Pérez

Don Sebastián Celestino Pérez (CSIC), directeur de l'Institut d'archéologie de Mérida, nous offre en texte intégral son livre "Tarteso: voyage dans les confins du Vieux Monde", publié en 2014.


Un voyage initiatique dans le monde de cette civilisation "orientalisante" (XI-IV e s.), mystérieusement disparue en Extrémadure, que traverse le Camino mozarabe sur le site de La Mata, étape Campanario-Magacela-Medellin.

 

Résumé historique :

Fondée par les Phéniciens de Tyr au XIeme siècle AVANT JC à Cadix, "Tartessos" fut d'abord un compotoir commercial destiné notamment à importer en Phénicie les minerais dont la région est riche (notamment l'étain nécessaire à la fabrication du bronze).

Puis ce fut une colonie de peuplement, où se rapatrièrent les habitants de Tyr quand leur ville d'origine était conquise.

En six siècles, se forgea une véritable civilisation, par apports de populations et cultures locales (dite "Atlantiques", comme en témoigne la Stèle de guerrier de Magacela) et phéniciennes.
Tartessos est abondamment cité dans la Bible, la légende d'Hercules, les historiens antiques. Elle était riche et oppulante, mais on n'a jamais localisé sa "capitale", entre Cadix et Huelva, au Sud de l'Andalousie.

Certains croient dur comme fer que ce serait l'Atlantide, disparue elle aussi sous les eaux.

Par contre, on sait très bien où et comment cette civilistion a disparu : en Extrémadoure, dans le bassin du Guadiana. 4 sites récemment découverts continuent de révéler sa mystérieuse fin.
Parmi eux, La Mata, sur le Camino Mozarabe, après Campanario.

Le pèlerin y découvre le site archéologique d'une étrange construction (se visite, demander à Campanario) : une grosse ferme, ou on a retoruvé des objets de valeur, de style 'orientalisant'.

Comme dans les autres sites "tartessos", au IVe siècle avant JC, les habitants firent un grand scarifice d'animaux, brisèrent la plupart des objets, mirent le feu et recouvrirent de terre l'ensemble;  puis les habitants disparurent mytstérieusement.
Crainte d'une profanation par des envahisseurs (les Celtes venus du Nord?), fin des liens économiques avec Tyr, saccagée par Alexandre le Grand??

A quelques kilomètres, le site du Turuñuelo a été découvert très récemment. Il est en cours de fouille pr les archéologues co-dirigés par SebastianCelestino Perez. Ce site a révélé en 2019 de nouveaux secrets de la civilisation de Tartessos VOir publication en anglais Cambridge university dans la rubrique LIENS

Ce fut une civilisation orpheline et c'est une vrai découverte pour de nombreux pélerins.

L'itinéraire du Camino Mozarabe a vu ainsi passer six civilisations (sans compter les culture néolitiques) . C'est unique en Europe occidentale.

Magacela par exemple a connu des épisodes mythiques, romanesques, ou terribles :

- Le passage d'Hercules, sur un itinéraire mythique, documenté dans ses travaux selonla légende grecque. Le dolmen de Magacela témoigne de l'occupation préhistorique du site

- La conquête arabe et les six siècles de civilisation d'Al Andalus, avec l'imposant chteau Almohade;

- La reconquete des castillans au XIIIe siècle

- L'expulsion en 1610 de TOUS les habitants "morisques" vivant la depuis huit siècle.

 

 

 

 

SOMMAIRE

Présentation du livre

CV de Sebastián Celestino Pérez (CSIC)

Publications


Présentation du livre

Sebasian Celestino Pérez, historien, directeur de l'Institut d'archéologie de Mérida, nous offre un beau cadeau:
une invitation gratuite à un voyage "aux confins du monde antique" avec accès au texte intégral de son livre "Tarteso" paru en 2014
Initiation parfaite à cette civilisation que le Camino mozarabe rencontre dans la région de La Serena, où cette civilisation "orientalisante" a mystérieusement disparu (IVs. avant JC)
Le pèlerin mozarabe traverse cette civilisation à La Mata, après Campanario, avant d’arriver à Magacela, directement sur le Camino, un site archéologique qui peut être visité.

Dans ce livre de 144 pages, nous ne sommes pas dans les fantasmes que Tartesso peut véhiculer, mais dans des preuves scientifiques, des découvertes de l'archéologie contemporaine et des sources documentées.
Une recherche passionnante, car l'archéologie moderne et les découvertes récentes produisent chaque jour davantage d'informations provenant du monde de Tartessos.
Publié en 2014, ce livre ne prend pas en compte les découvertes au Turuñuelo.

On y croise les Phéniciens, les civilisations Atlantiques proto-historiques et leurs stèles de guerriers.

Stèles de guerriers. elles entourent et interpénètrent l'espace de la civilisation de Tartessos et datent de la même époques

(ou de l'age de de bronze).

Elles semblent apartenir aux civilisations dites Atlantiques, qui rencontrent ici l'espace Méditerranéen et les Phéniciens.

On remarquera l'abondance des stèles sur le Camino Mozarabe, sur plusieurs centaines de kilomètre, de Espejo à Montemayor (Cabuezela del valle) en passant par la magnifique stèle de Magacela

 


CV de Sebastián Celestino Pérez (CSIC)
scelestino@iam.csic.es

 

SITUATION ACTUELLE:

Depuis 2013, je dirige l'Institut d'archéologie de la SCCI. Depuis 2012, je suis chercheur principal du groupe de recherche de la SCCI «Archéologie de l'urbanisme, architecture, paysage et image». N. 642238. Et depuis 2009 Chercheur responsable de l'unité associée ANTA de l'Université autonome de Madrid.


RECHERCHES: Au cours des 10 dernières années, j'ai dirigé 5 projets de R & D PN et de R & D RP d'Extremadura, liés à la nouvelle méthodologie et axés sur l'étude de la culture tartessienne. Le dernier portait sur l’étude comparative des vallées du Tage et du Guadiana. Le résultat est deux monographies: “Tarteso. Voyage aux confins du monde antique ”ed. Trébede, Madrid, 2014; et "Tartessos et les Phéniciens dans la péninsule ibérique" à Oxford University Press. En outre, j'ai publié avec l'équipe de recherche six articles sur l'influence de la Méditerranée dans l'intérieur géographique de Tarteso, ainsi que plusieurs communications et communications lors de conférences nationales et internationales. Dans le cadre du dernier projet de PN R & D, nous avons renforcé les relations scientifiques avec l’Université de Lisbonne, dont l’Institut d’archéologie participe activement à notre R & D; Nous avons passé un accord avec l’Université de Grenade pour des études archéométriques et avec le CIEMAT pour le traitement de données issues de la prospection et de la télédétection. Grâce à ces travaux, nous avons construit 14 nouveaux bâtiments tartessiens à Guadiana, qui constituent la base de notre étude. Enfin, et pour la première fois, nous avons commencé l’analyse architecturale des deux nouveaux bâtiments mis au jour, grâce à notre accord de collaboration avec le CCIC, dont l’une des spécialités est l’étude des bâtiments sur terre.

J'ai participé à un projet de recherche multidisciplinaire de la station biologique de Doñana avec des archéologues de l'IAM-CSIC, des biologistes et des anthropologues de l'IH-CSIC et de l'Université de Grenade et des géomorphologues de l'Université de Huelva. L’objectif était de vérifier l’existence de populations pré et protohistoriques dans les marais par des analyses géomorphologiques et palynologiques, en plus de l’intervention archéologique et de l’application de nouvelles méthodes de prospection par des moyens non destructifs. Les résultats ont été publiés dans Geomorphology, 219 (2014); Quaternary Research, 83-1 (2015); et Holocène I-II, (2015).

En 2006 et 2007, j'ai organisé à partir de l'IAM le I er cours de troisième cycle du CSIC «Application des systèmes d'information géographique à l'archéologie: de la réflexion à la pratique; et en 2013, j'ai dirigé le cours de troisième cycle du programme "Paysages en archéologie" de la SCCI-UAM. Enfin, en novembre prochain, nous clôturerons la R & D actuelle par une réunion scientifique dirigée par l'IAM, en collaboration avec l'Université de Séville et de Lisbonne, pour faire le point et présenter les derniers développements archéologiques dans les deux vallées du Guadalquivir, du Tage et de Guadiana, et entreprendre ainsi l’étude comparative entre eux au sein de la culture tartessienne.

Depuis 2008, je dirige les fouilles de deux bâtiments du Guadiana qui complètent ceux étudiés à Cancho Roano et à La Mata; le premier, depuis 2008, Cerro Borreguero, un bâtiment type permettant de comprendre le passage de la culture autochtone à l’adaptation des modèles méditerranéens; et depuis 2014, le Turuñuelo, un bâtiment dans un magnifique état de conservation, qui nous permettra de connaître un véritable exemple architectural de cette culture, clôturant ainsi le cycle de la recherche architecturale que notre groupe de recherche entend développer.

Publications

LIVRES:

Celestino, S .; López-Ruiz, C. (2016): Tartessos et les Phéniciens dans l'ancienne Ibérie. Oxford University Press. ISBN 978–0–19–967274–5
Celestino, S. (2016): Tarteso. Territoire et culture Ed. Ariel. Barcelone ISBN: 978-84-344-2353-4.
Celestino, S. (2014): Tarteso. Voyage aux confins du monde antique. Madrid ISBN: 978-84-940640-1-2.
Celestino, S. et Blanco, J. L. (2006): La bijouterie aux origines de l'Estrémadure: Le miroir des dieux. Ataecina 1. Collection d'études historiques de la Lusitania. ISBN: 84-87622-63-1
Celestino, S. (2001): Estelas de Guerrero et estelas diademadas. La précolonisation et la formation du monde tartessien. Editoriale Bellaterra - Archéologie. Barcelone, 2001ISBN: 84-7290-159-9


Chapitres de livre:

Celestino, S. (2008): "Tartessos", d'Ibérie à Hispanie: 93-345, Ed. Ariel. Barcelone Espagne. ISBN: 978-84-344-5256-5
Arruda, A. M. et Celestino, S. (2009): «Architecture religieuse à Tarteso», Annexes des Archives espagnoles d'archéologie XLV: 29-78. ISBN: 978-84-00-08827-9
Celestino, S. (2009): "Précolonisation et colonisation à l'intérieur du Tartessos", rencontres coloniales dans l'ancienne Ibérie. Relations phéniciennes, grecques et autochtones: 229-254. Presses de l'Université de Chicago. ISBN: 978-0-226-14847-2.
Mayoral, V; Cazorla, R y Celestino, S. (2011): «Le processus de romanitation d'un paysage agraire: la région de La Serena», L'impact des biais culturels et méthodologiques dans les études de paysage pré et protohistoriques: 263-281. Série internationale BAR, 2320, Oxford. ISBN: 978-1-4073-0903-3
Celestino, S. et Zulueta, P. (2005): «Fouilles archéologiques et expositions exposées et le sanctuaire de la protohistoire de Cancho Roano», Actes du XVIe Congrès d’archéologie classique (AIAC): 249-262. Harvard University Art Museum. Cambridge

ITEMS

Celestino, S. et López-Ruiz, C. (2006): «Nouvelle lumière des stèles des guerriers de Tartessos (Espagne)», Antiquité 80-1: 1-13.
Mayoral, V .; Cerrillo, E. et Celestino, S. (2009): «Méthodes de prospection archéologique intensive dans le cadre d'un projet régional: le cas de la région de La Serena, Badajoz», Travaux de préhistoire, 66-1: 7-26. .
Celestino, S .; Mayoral, V .; Salgado, J. A. et Cazorla, R. (2011): «L'iconographie et les paysages de stèles au sud-ouest de la péninsule ibérique», L'Europe de l'Ouest au premier millénaire avant J.-C.: 135-152. Oxford University Press. Oxford
Celestino, S. (2014): "Les premiers Phéniciens à Tarteso", Phéniciens d'Orient et d'Occident. Caliers de l’institution du Proche-Orient ancien du Collège de Frace: 587-600. Paris
Jiménez, G; Rodriguez A.; Pérez, J., Carrión, J; López, J .; Celestino, S .; Villarias, J.J.; Cerrillo, E.; León, A. y Contreras, C. (2015): «Impact de la tendance à l'aridification, à la variabilité du climat et au contrôle géodynamique de l'Holocène tardif sur l'environnement dans une zone côtière du sud-ouest de l'Espagne», Holocène I-II: 1-11.

Projets

- Construire Tarteso. Analyse constructive, spatiale et territoriale d'un modèle architectural dans la vallée du Guadiana moyen. PE R & D HAR2015-63788-P (2016-2019).

- Étude archéologique comparative entre les territoires périphériques de Tarteso: les vallées de Guadiana et du Tage. PE R & D HAR2012-33985 (2013-2015). IP

- Entre Atlantique et Méditerranée: contraste des dynamiques dans l'évolution du paysage de la péninsule occidentale à travers l'archéologie. PN R & D HAR2009-10666 (2010-2012) IP - Systèmes d’information géographique appliqués à la recherche et à la planification territoriale du patrimoine archéologique de La Serena. PR R + D + I PRI06B098 (2008-2010). IP

- Exploration archéologique et SIG entre le bassin moyen de Guadiana et La Serena: étude comparative et évolution du territoire. PN R & D HUM2004-01070 / HIS (2004-2007). IP

- Contraste de l'hypothèse de Wickboldt-Kühne. Plan de recherche de la station biologique de Doñana-CSIC IDPH.EN, -11 / 05 / PU / HU (2006-2009). IP

- Etude archéologique et paléoenvironnementale de La Serena. Un moyen de stimuler l'économie et le tourisme durable d'Estrémadure. PN R & D BHA2001-2308 (2002-2004). Coord.

- Evolution humaine et paysagère dans les régions de La Serena et de La Vera: deux modèles pour le développement historique de l'Estrémadure. PlN R & D FEDER IFD97-1529 (1999-2002) Coord.

- Tourisme et développement durable en Estrémadure PN R & D ERDF 1FD97-0294 (1998-2000), sous-projet Archéologie IP.

Territoires comparés: les vallées du Guadalquivir, du Guadiana et du Tage à l'époque tarique (Madrid, 12. 2017)
Sous directeur de: Sebastián Celestino Pérez, Esther Rodríguez González:

L’objectif de ce travail, qui présente les présentations d’une réunion scientifique sous le même titre qui s’est tenue à Mérida (Badajoz, Espagne) en 2015, est d’étudier le rôle joué par les vallées du Guadalquivir, du Guadiana et du Tajo dans la configuration de Tarteso. les particularités de chaque domaine et en essayant de préciser les aspects généraux qu’ils partagent et la personnalité qu’ils présentent dérivent de

 

 

 

 

Localisation

Cargando mapa