Dans www.wikicaminomozarabe.com nous utilisons nos propres cookies et des cookies tiers pour améliorer l'expérience de navigation et proposer un contenu et des publications intéressantes. En appuyant sur le bouton Accepter, vous donnez votre consentement à notre politique de cookies.

Via de la Plata : introduction

39.746692018273, -6.445403137207

(19 octobre 2019) 30 Caceres Canaveral

Présentation générale de la Via de la Plata

Le cadre géorgien
Histoire d'un itinéraire
Synthèse historique

Définition:

La définition de la Via de la Plata elle-même est déjà problématique:

On désigne généralement ainsi aujourd'hui un itinéraire empruntant l'ancienne voie romaine qui reliait Séville à Astorga.

Pour certains spécialistes de l’histoire de l’Hispanie romaine, cette définition n’est pas correcte : la numérotation des militaires romains commence en effet à Mérida, capitale de la Lusitanie, et se termine à l’actuel Astorga, l’ancien Castro romain d’Asturica Augusta. C'est pourquoi ces historiens préfèrent définir la Via de Plata comme la voie de Mérida à Astorga.

Le Camino Mozarabe rejoint la Via de la Plata à Mérida, en direction de Granjas de Moreruela, où débute l’actuel Camino Mozarabe Sanabres.

Pendant 500 kilomètres, le pèlerin Mozarabe marche sur la voie romaine de la Plata.

Nom :

Il ya consensus aujourd'hui pour convenir que le nom Via de la Plata vient de la déformation du nom arabe b'lata, qui signifie "pavé", utilisé dans Al Andalus pour nommer cet itinéraire, en référence à la chaussée pavée de la voie romaine.

B'lata resta dans l'usage et et fut hispanisé en "plata".

Ce syncrétisme toponomique constitue une bonne introduction à l'histoire de l'itinéraire.

Le cadre naturel :

Sur 721 kilomètres de Séville à Astorga, la Via de la Plata traverse la péninsule dans sa partie centrale selon une orientation Sud-Nord.

Elle traverse une grande variété de régions, de paysages et d’environnements naturels, des oliveraies d'Andalusie  àla Meseta  léonaise, en passant par les dehesas extrègnes.

Cette longue ligne Nord-Sud traverse plusieurs grandes fleuves (Guadiana, Tajo, Duero, Tormes) et chaines de montagnes, presque orthogonales, d'orientation Est Ouest.

Ces chaines de montagnes ne sont pas très élevées, mais elles sont escarpées et longues de plusieurs centaines de kilomètres, comme la faille Alentejo-Plasencia.

Elles sont formées de longues veines de quartz, plus resistantes à l'érosion que le granite sableux des alentours, et canalisent l'écoulement des eaux sur l'immense plateau ibérique, qui penche vers l'Ouest

Cette "contradiction hydro-géologique" explique la création et l'histoire de cet itinéraire : comme souvent, la géologie a déterminé ici l'histoire des hommes.

 

Histoire d'un itinéraire multi-millénaire

Dans la Péninsule ibérique, la transhumance se fait entre le Nord et le Sud.

Entre alpages d'été du Nord et ceux du Sud, moins froids en hiver .

Les mammouths faiait déjà ce voyage vital annuel. Et ils devaient trouver où les rfleuves pouvaient être traversées, dans des gués naturels, et des cols pour traverser les montagnes.

Le plus simple pour nos braves mammouths a donc été de choisir les passages où des gués et des cols sont proches.

On reviendra plus loin sur les confirmations in situ, sur le site d'Alcantara, de cette explication.

Revenons à nos mammouths : après eux, les troupeaux néolithiques qui faisait déjà cette transhumance, ont suivi cet itinéraire le plus facile.

Quand les Romains sont arrivés. Pratiques et malins, ils ont utilisé les mêmes circonstances hydro-géologiques pour construire leur voie et, surtout, leurs ponts.

Ensuite, tout le mondeest passé par ces ponts et cette "autoroute" antique : à commencer par Musa et sa cavalerie qui a pu ainsi conquérir toute la Péninsule intérieure en un seul été, en 712.

Par ici passèrent des foules hétéroclites de marchands, conquérants, reliques de saints, cloches de la cathédrale, réfugiés et exilés,... et pèlerins.

L'exemple du franchissement du Tage .

Un exemple spectaculaire de la formation de l'histoire de la Vía de la Plata est founit entre Casar de Cáceres et Cañaveral.

C’est l’une des étapes les plus difficiles de la Plata pour le pèlerin: quarante kilomètres sans village, une auberge souvent fermée, avec les bornes romaines  pour seule compagnie.

A cet endroit, la vallée du Tage est très large, au pied d'une ligne de collines qui domine la vallée de 200 mètres.
Pas très haut, mais très longue petite chaine : c'est la "faille Alentejo-Plasencia", formée de roches dures, de quartz et de roches magmatiques, visibles près du port qui constitue une rupture de la faille.

Pierre magmatique près du col de Castanos

Carte satellite de la faille Alentejo Plasencia

Dans l’ensemble, la faille et le Tage constituent des obstacles naturels aux passages Sud-Nord.

Près du Puerto de los Castaños, roche magmatique qui a formé la Falla Alentejo Plasencia avec des quartzites. Aucun four ne s'est érodé comme les granites sablonneux de l'environnement et a résisté à la récession formant cette ligne haute Est-Ouest, un obstacle naturel aux passages Sud-Nord.


Vue de la vallée du Tage depuis le Puerto de la castaños


Quand les eaux du lac sont basses, un peu loin de la route, le professeur Juan Gil a identifié un énorme gisement de quartz taillé: les chasseurs paléolithiques attendaient ici les animaux qui ont traversé la pataugeoire naturelle, venant de la ville voisine de Puerto de los Castaños. Et il est vérifié que nous marchons sur des milliers de flèches au sol.

Au même endroit, des blocs de tableau noir surprennent: Juan Gil explique qu'il n'y a pas de schistes argileux à des dizaines de kilomètres, mais uniquement du granit. Ils ont été transportés par l'homme, dans le néolithique.

Disposés en cercle, ils sont probablement des ruines de tombes ou de dolmens néolithiques: l'endroit était une route très fréquentée, en particulier par les bergers et leurs troupeaux.

Des dalles de schiste transportées ici par des hommes néolithiques


Formes circulaires de tumulus érodés. Le nom romain de l'endroit était "Tumulos". Ils devaient être plus identifiés alors, mais ils sont toujours visibles

Un peu plus loin, le pont romain a dû être déplacé lors de la construction du barrage, mais sa reconstruction atteste ici du passage de la Vía de la Plata,

Arches du pont romain d'Alconetar. Le pont a été transporté et reconstruit ici pour ne pas être submergé par les eaux du réservoir lors de sa construction.

Arc du pont avec à l'arrière-plan l'ancien gué naturel, maintenant sous les eauxdu barrage

Le pont a été reconstruit pierre par pierre.

Pierres de granit de grès du site.

Peu de temps auparavant, la Vía de la Plata avait traversé le château arabe, perché sur les eaux du réservoir.

Non loin de là, un grand pont est en cours de construction

pour permettre aà lAVE (TGV) de traverser le Tage.


Conclusion :
Nulle part mieux qu'ici se démontre comment la géologie et l'hydrologie  ont determiné l'incoryable destin historique de la Vía de la Plata.

Du paléolithique à nos jours, avec une continuité très exceptionnelle, les hommes, leurs troupeaux sont toujours passé laissant les témoins minéraux du passage de leurs civilisations ...
Sur le chemin mozarabe, les pèlerins se promènent dans un livre d’histoire minérale passionnant.

 

 

Synthèse historique:
L'excellente publication El nuevo miliario, avec l'article de Diego Muñoz Hidalgo (voir DOCUMENT dans cette publication).

Depuis le néolithique, les bergers ont tracé un itinéraire de transhumance entre la vallée du Guadalquivir au sud et les monts Cantabriques au Nord.

Cet itinéraire permettait d'éviter les barrières de montagne situées plus à l'est et d'utiliser des gués naturels pour traverser les grands fleuves (Guadiana, Tage, Duero, Tormes).


o la voie romaine:
Plus tard, les Romains ont construit leur grande Via de la Plata sur ce même itinéraire préhistorique.
Il reliait deux lieux militaires importants: Emerita Augustia (Mérida), zéro kilométrage, capitale de la province de Lusitania, et Asturica Augusta (Astorga). Continuant vers le Sud en direction d'Italica, près de Séville, ville natale de Trajan et d'Adriano.

La Vía de la Plata reliait ainsi trois provinces romaines (Bética, Lusitania et Galleacia).
Marcher sur une voie romaine bien préservée est une expérience véritablement unique de vérité historique.

o Voie de conquête, de reconquête, d’affrontements et de croisements:

Après les Romains, tous les conquérants d’Espagne ont emprunté cette voie: les Wisigoths (avec leurs rois Gunderico, Requila, Teodorico II, Ágila) et bien sûr les Arabo-Berbères, dans leur fulgurante conquête (3 ans). Musa ibn Nusair a suivi cette voie lors de sa campagne rapide du Nord en 712.
Enfin, pour les saccades successives, la lente reconquête crétienne, du VIIe au XIIIe siècle a suivi La Via de la Plata.

Les voyages des reliques :
Cette voie d'invasion et de conquête a servi de voie logistique à des transports très spécifiques:
En 1096, le transport de Séville à León des restes de San Isidoro, évêque de Séville au VIe siècle, dont la tombe se trouvait désormais à Al andalus . le roi de Séville Abbad II Abou Amr, plus connu sous le nom d'Al-Mu `tadid autorisa ce convoi exceptionnel; Les évêques de León et des Asturies vinrent par la Vía de la Plata pour récupérer les reliques et les installer à León.

Concernant le Camino Mozarabe, nous pouvons évoquer, même si nous n’avons pas une documentation aussi précise, les transferts de Santa Eulalia de Mérida à Oviedo.

Ou encore le voyage intrigant des reliques de San Torcuato de Guadix à Celnova, très près deu Camino Mozarabe Sanabrés lors de son passage par Junqueira de Ambia (une partie de ses reliques furent re-distribuées en1592 vers Guadix, Santiago, Ourense, et, en 1627, à Grenade ...

Le corps de San Torcuato a donc été distribué dans l’ensemble du Camino Mozarabe!

Les voyages des cloches:

En plus des reliques, d'étranges objets ont transité par la Via de la Plata et le Camino Mozarabe:
En 997, lors de l'incursion d'Al Mansor (et de ses alliés gaulois) à Compostelle, les énormes cloches de la cathédrale furent transportées par des captifs chrétiens par la Via de la Plata et le Camino Mozarabe, jusqu'à la mosquée de Cordoue.

En plus des reliques, d'étranges objets ont parcouru la Via de la Plata et le Camino Mozarabe:
En 997, lors de l'incursion d'Al Mansor (et de ses alliés gaulois) à Compostelle, les énormes cloches de la cathédrale furent transportées par des captifs chrétiens par la Vía de la Plata, jusqu'à la mosquée de Cordoue, où elles servirent de lampadaires.
Puis, après la conquête de Ferdinand III de Cordoue en 1236, les cloches firent le chemin inverse , toujours sur la Vía de la Plata, sur le dos de captifs musulmans.

Épisode bien connu mais non confirmé par le professeur de français Adelin Rucqoi.

Localisation

Cargando mapa

Liens

Via de la plata camino a Santiago (en espagnol)

https://es.wikipedia.org/wiki/Camino_de_Santiago_de_la_Plata

 

https://www.academia.edu/5280769/IMAGEN_Y_REALIDAD_DE_LAS_CALZADAS_ROMANAS

Imagen y realidad de las calzadas Romanas; Revue EL NUEVO MILIARIO no16, Oct 2013 (en espagnol)

Historiens et arqueologues axpliquent :

-comment reconnaitre une vraie voie romaine.

- eviter de chercher la fausse image généralisée d'une chaussée avec grandes dalles; ce sont soit

--des reconstitutions erronées (cf. après Baños de Montemayor", avant le Col de Bejar),

-- des voies médiévales ou modernes.

Car hors des villes, les voies romaines étaient recouvertes de petits cailloux (5 a 10 cm) en roche dure (quartz,..) recouverts de sable (aujourd'hui disparu), afin d'éviter de blesser les sabots (chevaux et boeufs de chars n'avaient pas de fer à cheval), et de permette aux chars d'aller vite.

https://www.academia.edu/5280769/IMAGEN_Y_REALIDAD_DE_LAS_CALZADAS_ROMANAS

 

 

Nuage de mots

ROMAINS   voies antiques et romaines : stèles, bornes,..   Voies de transhumance   Ponts, gués, cols   Juan Gil   el Peregrino cangrejo   présentations générale